Pas de répit pour le climat durant la Covid-19

publié le 14-04-2020 par AE_LudovicSchneider

Le réchauffement climatique ne s’arrête pas pour cause de Covid-19. C’est ce que souligne l'annonce, hier par l’équipe de Nasa et de l’Université Columbia de New York, de l’analyse des températures planétaires durant le mois de mars 2020.

Avec un écart de 1,18°C par rapport à la moyenne calculée sur 1951/1980 pour le mois de mars, l’élévation de la température planétaire est remarquable. A l’exception de quelques régions, la grande majorité de la planète, océans comme terres émergées, affiche des hausses allant jusqu’à 8,4°C au dessus des moyennes climatologiques.

2020 offre le deuxième mois de mars le plus chaud dans les relevés thermométriques depuis 1880 dans la série analysée. Et seuls trois mois – février 2020, février et mars 2016 – affichent un écart plus important avec la moyenne climatologique mensuelle sur la période 1951/1980, comme le montre ce tableau :

Chaque carré représente un mois de l’année et le code couleur son écart avec la moyenne calculée sur la période 1951/1980. Les V majuscules représentent les grosses éruptions volcaniques qui refroidissent la planète. Les m minuscule les minima d’activité solaire, les M majuscule les maxima d’activité solaire (en 2020 on va vers un minima).

Le graphique ci dessous montre à quel point il sera impossible d’éviter d’exploser l’objectif des 2°C des Accords internationaux sans un bouleversement de nos économies, des technologies énergétiques et de l’ordre social. Nous sommes en effet déjà au delà de 1,2°C

Écart de la température moyenne de la planète relativement à la moyenne calculée sur la période 1880/1920

La crise du Covid-19 va se traduire par une diminution marquée des émissions de gaz à effet de serre sur l’année 2020 en raison de l’arrêt de nombreuses activités économiques et industrielles. La diminution sera plus marquée que lors de la crise de 2009 (avec un petit effet contraire : la diminution des pollutions en particules fines réfléchissantes ne permet pas seulement d’avoir un ciel bleu au dessus de Paris et d’apercevoir les sommets de l’Himalaya à 200 km, elle  aura un effet réchauffant). Toutefois, elle ne sera que temporaire si les plans de sortie de crise ne s’orientent pas résolument vers la décarbonation de l’économie et les changements structurels nécessaires. Sur ce sujet abordé par les 50 propositions de la Convention citoyenne pour le Climat, et donc quel programme de sortie de crise, lire cette note.

 

Source : extrait d'un article de Sylvestre Huet à lire en intégralité sur LeMonde.fr

Echelle : Polynésie française
Tag : Suivi

Commentaires

Aucun commentaire n'a été posté.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des commentaires. Si vous disposez d'un compte, authentifiez-vous.