16. Valorisation des bois locaux dans la construction

publié le 11-10-2019 par AE_LudovicSchneider

Début du projet Fin estimée Fin effective
01-01-2018 31-12-2020 n.c.
Progression (en %)

Contexte 

Le domaine sylvicole du Pays résulte du très important programme de boisement initié dans les années soixante-dix et intégralement réalisé par le département de la forêt et de la gestion de l’espace rural du SDR, tant sur le domaine de notre collectivité que sur des propriétés privées. Les peuplements en pinus sont dorénavant à maturité et offrent des volumes suffisants pour la viabilité économique des exploitations forestières (en bois de construction et bois énergie Action 6).

Ce programme visait à couvrir, au moins en partie, les besoins du marché intérieur en bois d’œuvre pour la construction qui représente près de 30.000 m3 d’importations annuelles en provenance de Nouvelle-Zélande (30%) et des Amériques (70%).

Il y a, au total, en Polynésie française plus de 4500 hectares de plantations de pinus dont la production totale de bois sur pied peut être estimée à un million six cent mille mètres cubes (1.600.000 m3), l’hypothèse retenue pour l’estimation du rendement moyen de l’ensemble des massifs étant de 420 m3 par hectare.

La quasi-totalité du domaine forestier de notre collectivité, qui représente 40% de ce total, soit 640.000 m3, est destinée à l’exploitation durable en dehors de tout autre projet d’aménagement. Elle doit donc être exploitée sur un cycle pérenne d’une trentaine d’années ; c'est-dire que l’on dispose chaque année du trentième de la ressource soit près de 20.000 m3 de bois sur pied comprenant bois d’œuvre et bois d’énergie.

Cela correspond à un volume de bois d’œuvre mis sur le marché d’environ 8.500 m3 par an, soit 30% du volume des importations.

Le montant des importations de bois sciés qui s’élève environ à 1,250 milliard Fcfp (CAF) est sujet aux multiples variations du cours des devises qu’aucun dispositif n’amortit ; celles-ci ont pour effet de déstabiliser les programmes sociaux de construction qui en sont de gros consommateurs.

La politique forestière pour les années 2011-2020 précise notre objectif général de dynamiser le secteur forestier polynésien dans le respect de l’environnement. Les orientations visent à exploiter et commercialiser au moins 35% de la ressource disponible de nos massifs.

L’installation d’un nouvel exploitant, "grosse" entreprise équipée pour transformer de gros volumes sur le principal massif de pin des caraïbes non encore exploité situé à Toovii (Nuku Hiva) permettra de créer une véritable filière de production de bois d’œuvre en pins local.

Ce modèle de valorisation de la biomasse pour de la production d’électricité et de chaleur (sous réserve d’une quantité suffisante) pourra être transposable sur d’autres iles ou une activité forestière est installée. 

Plus largement, la qualification des usages d’autres essences comme le falcatta, le cocotier et le bambou dans la construction nécessite une expertise technique et la définition de normes de résistance mécanique et de traitement pour chacune d’elles.

Etapes

A. Mise en place d’un cadre normatif comprenant :

  1. Classement visuel des bois de pins de Polynésie (PP1 et PP2) établi suivant des classes de résistance mécanique défini par les normes C.E.E.
    avancement : réalisé (en avril 2018 : arrêtés 718 et 719/Cm du 28 avril 2018) 
  2. Agrément des scieries pour le classement visuel des bois de pins
    avancement : réalisé (par arrêtés en avril 2018 et avril 2019 + formation agrément des scieries en mars 2019) 
  3. Agrément du traitement des bois en classe 4 par l’autoclave territorial
    avancement : en grande partie (convention avec CRIITBOIS au 1er semestre 2019 avec différents travaux toujours en cours) 
  4. Etude sur la compatibilité des colles et du bois pour une normalisation du lamellé collé avec du pinus local
    avancement : néant (prévu en 2021)
  5. Etude sur la normalisation du bardeau de pinus local dans la construction
    avancement : en grande partie (convention en cours depuis septembre 2020 avec le CIRAD)
  6. Etude sur la résistance au feu du pinus local suivant les normes de la construction.
    avancement : néant (prévu en 2021)

B. Mission d’étude prospective de la filière construction bois local (Programme PACTE : Programme d’Action pour la qualité de la Construction et la Transistion Energétique)

  1. Elaboration d’une stratégie de développement de la filière construction en bois local.
    avancement : en grande partie (étude en cours, finalisation retardée à fin 2020 compte-tenu de la crise sanitaire)
  2. Expertise technique sur la résistance mécanique d’essences de bois locaux
    avancement : en grande partie (étude en cours, finalisation retardée à fin 2020 compte-tenu de la crise sanitaire)
  3. Analyse de la durabilité des produits et des procédés de préservation des essences locales pour la construction de logements
    avancement : en grande partie '(étude en cours menée par un bureau d'études)
  4. Développement d’outils de promotion de la contruction en bois local
    avancement : néant (prévu pour 2021/2022)

Cibles de l'action

Exploitants forestiers, Magasins, Consommateurs, Ordres des architectes, Bureau de contrôle, entrepreneurs et promoteurs immobiliers, collectivités locales

Points de vigilance et éléments de levier

La rentabilité de l’exploitation forestière passe par la valorisation des sous-produits en bois énergie (production électrique et de chaleur). Evolution de la commande publique sur la fourniture de bois local scié à travers une prise en compte du pinus local (et des autres essences locales tendant à se développer) dans les cahiers des charges des marchés publics pour la construction (OPH, DEQ…)

Pilotage / animation

Élu(s) référent(s) : Ministère du Logement, et de l’Aménagement du territoire, en charge des transports interinsulaires (MLA)
Coordinateur(s) : DHV
Partenaires : ONFI, CIRAD, CRIITBOIS
Responsable(s) : n.c.
Équipe projet :

A. Direction de l’agriculture

B. DHV et ses partenaires projet (DAG, OPH, SEFI, FAPE, OPH, SDE, ADEME)


Budget et moyens

Budget (en XPF) : n.c.

Moyens humains et techniques à mobiliser

Direction de l’agriculture, Délégation à l'habitat et à la ville (+ partenaires actifs du projet), ONFI, CIRAD, CRIITBOIS

Moyens financiers à prévoir

Budget de Polynésie + Financement de l’Appel à Projet PACTE 

Indicateurs

Valeur graphique Nom de l'indicateur
2 600

Valeur de l'indicateur : 2 600 (m3)

Minimum : 0

Maximum : n.c.

Valeur seuil : n.c.

m3
Tendance globale de  l'indicateur
Consommation de bois de pinus local dans la ...
stable ou en hausse

Valeur de l'indicateur : stable ou en hausse (à définir)

Minimum : n.c.

Maximum : n.c.

Valeur seuil : n.c.

à définir
Tendance globale de  l'indicateur
Evolution de la construction en bois
39 805

Valeur de l'indicateur : 39 805 (m3)

Minimum : 0

Maximum : n.c.

Valeur seuil : n.c.

m3
Tendance globale de  l'indicateur
Importations de bois de construction (résineux)
3 500

Valeur de l'indicateur : 3 500 (m3/an)

Minimum : 0

Maximum : n.c.

Valeur seuil : n.c.

m3/an
Tendance globale de  l'indicateur
Volume de bois de pins local commercialisé

Commentaires

Aucun commentaire n'a été posté.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des commentaires. Si vous disposez d'un compte, authentifiez-vous.